Les infinies joies de la grossesse – 2

22 juil

Aujourd’hui, un classique.

Ladies and gentlemen, les nausééééeeees. Woohoooo, yeah !

Pas besoin d’être enceinte pour avoir entendu parler de cet "effet secondaire", comme je l’ai dit, c’est un classique. Sauf que. On parle souvent des nausées "du matin". Hahahahaha. Encore un truc pour nous faire rire. Alors c’est sûr, certaines lucky b*tches n’auront jamais de nausées. Genre ma sœur, enceinte à peu près en même temps que moi, et pas malade une seule fois. Mais comme la génétique n’a rien à voir là-dedans, ne vous faites pas de faux espoirs. Moi j’y ai cru, un temps.

J’ai "découvert" ma grossesse à environ 1 mois 1/2, et ces 6 ou 7 premières semaines ont été idylliques. J’ai enchaîné un festival, 2 semaines à Pékin avec Noël et Nouvel An, et rentrée hyper soft côté boulot et agitée côté sortie. J’étais fatiguée, mais je mettais ça sur le compte du décalage horaire. Et là, paf ! Hyper faim et hyper écœurée tout le temps. A peine le temps de faire un test, et bim ! C’était parti pour 2 mois.

Deux mois non-stop. Genre tout ce que tu veux c’est dormir parce que sinon ça veut dire que tu vas pitêtre être malade. Ben oui, parce que si c’était juste des nausées, encore… Meu nan, tu vomis. Tout le temps. Partout. Un peu, ou beaucoup. Certains jours tu dois sortir de la salle en plein speech pour ne pas arroser les premiers rangs. D’autres, tu retapisses la Pointe du Raz mètre par mètre, en pleurant de fatigue. Oui, c’est du vécu. Et encore, je peux apparemment me considérer chanceuse. Je ne suis pas de celles qui se retrouvent alitées et sous perfusion… Moi j’étais plutôt comme la dame sur la photo…

Et puis c’est parti comme c’était venu, pouf pouf. Et là, on n’y croit pas trop, parce que bon, pourquoi ça s’arrêterait comme ça ?… Et en fait si, c’est fini.

Sauf que non, en fait. 4 mois plus tard, ton bébé a bien grossi, toi aussi, si tu as du bol, tu as des remontées acides parce que le serpent de mer appuie sur ton estomac, tout ça tout ça… Et bang ! Tu es bonne pour te retaper les nausées et vomissements, rapport que ton système aime pas trop ce qui se passe plus que toi. Mais là, tu es presque reconnaissante (quand tu n’es pas en train de pleurer, bien sûr), parce que ça n’est "que" ponctuel. Et puis tu sens bien le bébé, tu l’as vu aux échos, il/elle te grimpe sous les côtes, il faut bien qu’il se fasse de la place, le pauvre, c’est pas facile de vivre tête en bas…

Ça y est, tu t’es fait avoir par ta chair et ton sang, tu te sens coupable d’en vouloir à "l’enfant", tu es devenue faible. La nature ne nous laisse aucune chance.

Une Réponse to “Les infinies joies de la grossesse – 2”

  1. ladyandbaby 22 juillet 2011 at 8:09   #

    Alala ce fut pareil pendant ma grossesse, tellement que j’ai perdu 6 kilos !

    Vomi sur vomi, mon voisin venait sonner tellement je gerbais "fort" ! Il s’inquiétait peu cher !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: