Demain

29 mar

Demain, ça fera 7 mois que j’ai accouché.
Demain ma poupée aura 7 petits mois et moi j’aurai passé 7 longs mois à porter les mêmes fringues.
J’ai pris 22kg pendant ma grossesse. Mais mon ventre était tellement balèze que tout passait, je pouvais tout porter. Aujourd’hui, non.
En même temps, pas de souci de garde- robe, je rentre dans un jean et un leggings (une paire de leggings ? Bref.). Sauf que je n’arrive plus à mettre la main sur les leggings. Donc je mets le même jean tous les jours. Depuis 7 mois.
Alors certes, je l’ai teint en noir. Parfois, oh fantaisie, je le roulotte, parfois non. Et le t-shirt change, bien sûr. Parfois noir, parfois gris, toujours ample. Mes débardeurs chéris ne sortent plus sans gilet, la même robe American Apparel me tient lieu de tenue de soirée. Sur le jean, faut pas déconner.

Ça fait long, 7 mois comme ça.
Alors j’ai un plan. Je vais manger mieux, profiter plus régulièrement du club de gym auquel je suis inscrite depuis 3 mois, me remettre enfin au crémage quotidien. Demain ?

Image

Pour me faire pardonner…

29 déc

20111229-093700.jpg

C’est pas mignon, ça ?!

7 semaines

29 déc

J’ai écrit ce qui suit le 19 octobre, ce qui me fait dire aujourd’hui : HAHAHAHA ! Je vous laisse lire quand même, vous aussi avez le droit de rire…

Hier, ma poupée a eu 7 semaines. Ce qui veut dire qu’à peine revenue, je vous ai à nouveau abandonnés pour 2 mois…

Mais ça y est, je commence à retrouver un peu d’organisation, je vais pouvoir revenir tous les jours vous raconter à quel point ma fille est la plus belle et la plus gentille et la plus précoce (ça c’est son père qui le dit) et la plus ouh la la et la plus la plus et tout ça !

Je pourrai aussi vous faire profiter de bancs comparatifs passionnants, par exemple sur les coussinets d’allaitement, pourquoi pas ?

8 mois…

8 août

aussi ;) Eh oui, je suis loin d’être la seule blogueuse à attendre un heureux évènement.

Pour moi, c’est le premier, ou plutôt la première. Et nous fêtons aujourd’hui le début du dernier mois d’attente. Comme vous pouvez le constater, mademoiselle a bien pris ses aises. Je porte donc un T-shirt que j’avais initialement acheté pour son papa (H&M homme), et qui devrait finalement m’accompagner jusqu’à la fin de l’allaitement (enfin ça, on verra…).

Allez, plus que quelques semaines (jours ???), et ce sera fini. J’aurai toujours l’air enceinte, mais au moins, je pourrai dormir sur le ventre à nouveau. Quand je pourrai dormir, bien sûr…

Homemade

7 août

Quand je l’ai peut-être déjà dit, j’ai la chance d’avoir un métier qui (parfois, mais surtout à l’approche de l’été), me laisse pas mal de temps libre. J’ai donc lu sur nos amies les stars, mais pas seulement. Ce n’est certainement pas très original pour une femme enceinte, mais…

Je me suis (re)mise au tricot. Eh ouais, asmeuk, parce que ça bastonne grave le tricot.

Je dis (re)mise parce que ma tata m’avait appris quand j’étais petite, mais on ne peut pas dire qu’il m’en restait grand chose. Je me rappelais le point de base, en somme. Et puis il se trouve que j’ai une amie qui est folle de tricot, mais genre ouf malade, genre elle m’a fabriqué un mobile en tricot, quoi ! Elle m’avait proposé il y a quelques années de me donner des cours, et vers avril, quand j’ai commencé à bien intégré le bébé et à avoir plus de temps (et à moins vomir), j’ai dit banco !

Je ne travaille pas très vite, ma technique se limite à connaître le point de jersey et savoir rabattre des mailles, mais ça suffit pour se débrouiller un peu, et j’ai donc pu produire 2 pièces qui me rendent tout de même assez fière.

Je vous présente donc aujourd’hui, en exclusivité sur la blogo et en mode frime totale, mes créations (enfin, d’après des modèles Phildar) :

  C’est pas beau, ça ?

                               

Les infinies joies de la grossesse – 3

28 juil

Aujourd’hui, la rétention d’eau.

     Je vous laisse apprécier les images, je ne vois pas quoi dire de plus. Ah si, cette photo a été trouvée sur Google Images, mais se rapproche bien de ce qui m’arrive. A savoir 3kg de flotte stockée sous les capitons, arrivés au début, jamais repartis, auxquels s’ajoute tout ce qui apparaît quand la nuit se rapproche, genre autour des chevilles and up. Maintenant, j’ai du mal à dire si les kilos ajoutés depuis sont uniquement composés de gras, ou s’ils sont mixtes… Surprise surprise !

J’ai bien sûr voulu agir rapidement et me suis donc procuré le nouveau Vichy Aquadestock, trop fort contre la cellulite ET l’eau en trop. Je vous dirai si ça fonctionne dès que j’en aurai mis plus de 2 jours d’affilée, ça vous va ? ;)

Les infinies joies de la grossesse – 2

22 juil

Aujourd’hui, un classique.

Ladies and gentlemen, les nausééééeeees. Woohoooo, yeah !

Pas besoin d’être enceinte pour avoir entendu parler de cet « effet secondaire », comme je l’ai dit, c’est un classique. Sauf que. On parle souvent des nausées « du matin ». Hahahahaha. Encore un truc pour nous faire rire. Alors c’est sûr, certaines lucky b*tches n’auront jamais de nausées. Genre ma sœur, enceinte à peu près en même temps que moi, et pas malade une seule fois. Mais comme la génétique n’a rien à voir là-dedans, ne vous faites pas de faux espoirs. Moi j’y ai cru, un temps.

J’ai « découvert » ma grossesse à environ 1 mois 1/2, et ces 6 ou 7 premières semaines ont été idylliques. J’ai enchaîné un festival, 2 semaines à Pékin avec Noël et Nouvel An, et rentrée hyper soft côté boulot et agitée côté sortie. J’étais fatiguée, mais je mettais ça sur le compte du décalage horaire. Et là, paf ! Hyper faim et hyper écœurée tout le temps. A peine le temps de faire un test, et bim ! C’était parti pour 2 mois.

Deux mois non-stop. Genre tout ce que tu veux c’est dormir parce que sinon ça veut dire que tu vas pitêtre être malade. Ben oui, parce que si c’était juste des nausées, encore… Meu nan, tu vomis. Tout le temps. Partout. Un peu, ou beaucoup. Certains jours tu dois sortir de la salle en plein speech pour ne pas arroser les premiers rangs. D’autres, tu retapisses la Pointe du Raz mètre par mètre, en pleurant de fatigue. Oui, c’est du vécu. Et encore, je peux apparemment me considérer chanceuse. Je ne suis pas de celles qui se retrouvent alitées et sous perfusion… Moi j’étais plutôt comme la dame sur la photo…

Et puis c’est parti comme c’était venu, pouf pouf. Et là, on n’y croit pas trop, parce que bon, pourquoi ça s’arrêterait comme ça ?… Et en fait si, c’est fini.

Sauf que non, en fait. 4 mois plus tard, ton bébé a bien grossi, toi aussi, si tu as du bol, tu as des remontées acides parce que le serpent de mer appuie sur ton estomac, tout ça tout ça… Et bang ! Tu es bonne pour te retaper les nausées et vomissements, rapport que ton système aime pas trop ce qui se passe plus que toi. Mais là, tu es presque reconnaissante (quand tu n’es pas en train de pleurer, bien sûr), parce que ça n’est « que » ponctuel. Et puis tu sens bien le bébé, tu l’as vu aux échos, il/elle te grimpe sous les côtes, il faut bien qu’il se fasse de la place, le pauvre, c’est pas facile de vivre tête en bas…

Ça y est, tu t’es fait avoir par ta chair et ton sang, tu te sens coupable d’en vouloir à « l’enfant », tu es devenue faible. La nature ne nous laisse aucune chance.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.